Les humains descendent d’un seul couple

Tous les humains descendent d’un seul couple qui a vécu il y a 100 000 à 200 000 ans, disent les scientifiques.

Les scientifiques ont étudié les « codes-barres » génétiques de cinq millions d’animaux – y compris les humains – de 100 000 espèces différentes et en ont déduit que nous étions issus d’un seul couple après qu’un événement catastrophique eut presque anéanti l’espèce humaine.

Ces codes-barres, ou extraits d’ADN qui résident à l’extérieur du noyau des cellules vivantes, suggèrent que ce ne sont pas seulement les personnes qui proviennent d’un seul couple, mais aussi neuf espèces animales sur dix.

Stoeckle et Thaler, les scientifiques qui ont dirigé l’étude, ont conclu que quatre-vingt-dix pour cent de toutes les espèces animales vivantes aujourd’hui proviennent de parents qui ont tous commencé à donner naissance à peu près au même moment, il y a moins de 250 000 ans, ce qui met en doute la théorie de l’évolution de Darwin.

Mark Stoeckle
David Thaler

« Cette conclusion est très surprenante » admet Thaler, « et je me suis battu contre elle aussi fort que j’ai pu ».

Le nouveau rapport d’experts de l’Université Rockefeller et de l’Université de Bâle a publié les résultats extraordinaires de l’évolution humaine.

La recherche a été menée par Mark Stoeckle, associé principal de recherche, et David Thaler, associé de recherche de l’Université de Bâle, en Suisse.

Ils ont exploité les  » grandes données  » des bases de données génétiques en plein essor dans le monde et ont passé en revue une importante littérature sur la théorie de l’évolution, y compris Darwin.

Stoeckle a déclaré : « À une époque où les humains accordent tant d’importance aux différences individuelles et collectives, nous devrions peut-être consacrer plus de temps à la manière dont nous nous ressemblons et dont nous nous ressemblons dans le reste du règne animal ».

Les conclusions soulèvent un mystère considérable quant à la raison pour laquelle le besoin de recommencer la vie humaine était nécessaire il y a si peu de temps, d’autant plus que la dernière extinction connue que nous connaissons remonte à l’époque des dinosaures, il y a 65 millions d’années.

Nous sommes aussi étonnamment semblables non seulement à tous les autres humains, mais à toutes les autres espèces.

Si un Martien atterrissait sur Terre et rencontrait un troupeau de pigeons et une foule d’humains, l’un ne semblerait pas plus diversifié que l’autre selon la mesure de base de l’ADN mitochondrial « , dit Jesse Ausubel, directeur du Programme pour l’environnement humain à l’Université Rockefeller.

La culture, l’expérience de vie et d’autres choses peuvent rendre les gens très différents, mais en termes de biologie de base, nous sommes comme les oiseaux « , a ajouté le Dr Stoeckle.

L' »ADN mitochondrial » examiné dans la recherche est celui que les mères transmettent de génération en génération et il a montré « l’absence d’exceptionnalisme humain ».

On aurait pu penser qu’en raison de leur nombre élevé et de leur large répartition géographique, les humains auraient pu conduire à une plus grande diversité génétique que les autres espèces animales « , a ajouté Stoeckle.

« Au moins pour l’ADN mitochondrial, les humains ont une diversité génétique faible à moyenne.

 

Laisser un commentaire