Accueil Sciences Comment réduire les risques d'infection virale ? COVID-19, coronavirus

Comment réduire les risques d’infection virale ? COVID-19, coronavirus

Se tenir à au moins un mètre des autres personnes ainsi que porter un couvre-visage et une protection oculaire, dans et hors des établissements de santé, pourrait être le meilleur moyen de réduire le risque d’infection virale ou de transmission de la COVID-19, selon une revue systématique et une méta-analyse synthétisant toutes les preuves disponibles dans la littérature scientifique, publiée dans The Lancet.

Toutefois, aucune de ces interventions, même lorsqu’elles sont correctement utilisées et combinées, ne confère une protection complète contre l’infection, et les auteurs notent que certaines des conclusions, notamment en ce qui concerne les masques faciaux et la protection des yeux, sont étayées par des preuves peu probantes, aucun essai randomisé achevé ne portant sur COVID-19 pour ces interventions.

L’étude, menée pour alimenter les documents d’orientation de l’OMS, est la première fois que des chercheurs examinent systématiquement l’utilisation optimale de ces mesures de protection pour COVID-19, tant dans la communauté que dans les établissements de soins.

Les auteurs affirment qu’elle a des implications immédiates et importantes pour réduire la pandémie actuelle de COVID-19 et les vagues futures en informant les modèles de la maladie et en standardisant la définition de qui a été “potentiellement exposé” (c’est-à-dire à moins de 2 mètres) pour la recherche des contacts.

De nombreux pays et régions ont émis des avis contradictoires sur l’éloignement physique pour réduire la transmission de COVID-19, sur la base d’informations limitées. En outre, la question de savoir si les masques et les couvre-yeux pourraient réduire la transmission de COVID-19 dans la population générale et quelle est l’utilisation optimale des masques dans les établissements de soins de santé a été débattue pendant la pandémie.

“Nos conclusions sont les premières à synthétiser toutes les informations directes sur COVID-19, le SRAS et le MERS, et à fournir les meilleures preuves actuellement disponibles sur l’utilisation optimale de ces interventions communes et simples pour aider à “aplatir la courbe” et à informer les efforts de réponse à la pandémie dans la communauté”, déclare le professeur Holger Schünemann de l’université McMaster au Canada, qui a codirigé la recherche.

“Les gouvernements et la communauté de la santé publique peuvent utiliser nos résultats pour donner des conseils clairs aux milieux communautaires et aux travailleurs de la santé sur ces mesures de protection visant à réduire le risque d’infection”.

Les meilleures preuves actuellement disponibles suggèrent que COVID-19 se propage le plus souvent par des gouttelettes respiratoires, en particulier lorsque les personnes toussent et éternuent, entrant par les yeux, le nez et la bouche, soit directement soit en touchant une surface contaminée.

A lire  Le test principal du coronavirus produit au moins 20% de faux négatifs

Actuellement, bien qu’il y ait un consensus sur le fait que le SRAS-CoV-2 se propage principalement par de grosses gouttelettes et par contact, le débat se poursuit sur le rôle de la propagation par aérosol.

Pour l’analyse actuelle, une équipe internationale de chercheurs a procédé à un examen systématique de 172 études d’observation évaluant les mesures de distance, les masques faciaux et la protection des yeux pour prévenir la transmission entre les patients atteints d’une infection confirmée ou probable par le COVID-19, le SRAS ou le MERS et les personnes qui leur sont proches (par exemple, les soignants, la famille, les travailleurs de la santé), jusqu’au 3 mai 2020.

A lire  Les scientifiques identifient trois phases distinctes de la maladie COVID-19

Les estimations regroupées de 44 études comparatives impliquant 25 697 participants ont été incluses dans la méta-analyse. Parmi celles-ci, 7 études se sont concentrées sur COVID-19 (6 674 participants), 26 sur le SRAS (15 928) et 11 sur MERS (3 095).

Les études COVID-19 incluses dans l’analyse ont systématiquement fait état d’un avantage pour les trois interventions et ont donné des résultats similaires à ceux des études sur le SRAS et le MERS.

L’analyse des données de neuf études (sur le SRAS, le MERS et COVID-19, incluant 7 782 participants) portant sur la distance physique et la transmission du virus a révélé que le fait de garder une distance de plus d’un mètre par rapport à d’autres personnes était associé à un risque d’infection beaucoup plus faible qu’à une distance inférieure à un mètre (le risque d’infection lorsque les personnes se tiennent à plus d’un mètre de la personne infectée était de 3 % contre 13 % si elles se tiennent à moins d’un mètre).

Toutefois, la modélisation suggère que pour chaque mètre supplémentaire jusqu’à trois mètres de distance, le risque d’infection ou de transmission peut diminuer de moitié.

Les auteurs notent que la certitude de leurs preuves sur la distance physique est modérée [1] et qu’aucune des études n’a évalué quantitativement si les distances de plus de deux mètres étaient plus efficaces, bien que des méta-analyses aient fourni des estimations du risque.

Treize études (portant sur les trois virus, dont 3 713 participants) axées sur la protection des yeux ont révélé que les écrans faciaux, les lunettes de protection et les lunettes étaient associés à un risque d’infection plus faible que l’absence de protection des yeux (le risque d’infection ou de transmission était de 6 % lorsque les participants portaient une protection des yeux, contre 16 % lorsqu’ils n’en portaient pas). Les auteurs notent que la certitude des preuves concernant le port de protections oculaires est faible.

A lire  L'insuffisance de soufre dans le sol est la clé des baisses de qualité du blé

Les résultats de 10 études (portant sur les trois virus, dont 2 647 participants) ont également mis en évidence des avantages similaires pour les masques faciaux en général (le risque d’infection ou de transmission était de 3 % avec un masque contre 17 % sans masque). Les données de l’étude portaient principalement sur l’utilisation des masques dans les foyers et parmi les contacts des cas, et étaient également basées sur des preuves de faible certitude.

Pour les travailleurs de la santé, les masques N95 et autres masques de type respiratoire pourraient être associés à une meilleure protection contre la transmission virale que les masques chirurgicaux ou similaires (par exemple, les masques réutilisables en coton ou en gaze de 12 à 16 couches).

Pour le grand public, les masques faciaux sont aussi probablement associés à une protection, même dans des contextes autres que ceux des soins de santé, avec des masques chirurgicaux jetables ou des masques réutilisables en coton de 12 à 16 couches.

A lire  Le lancement d'essai de la fusée Virgin Orbit de Richard Branson échoue

Toutefois, les auteurs notent que l’utilisation massive de masques faciaux risque de détourner les fournitures des travailleurs de la santé et des autres soignants les plus exposés au risque d’infection.

Ils soulignent également que les décideurs politiques devront rapidement résoudre les problèmes d’accès aux masques faciaux afin de s’assurer qu’ils sont disponibles pour tous de manière égale.

Les respirateurs tels que les N95, les masques chirurgicaux et les protections oculaires étant rares et les travailleurs de la santé en première ligne pour le traitement des patients atteints de COVID-19 en ayant désespérément besoin, il est urgent d’augmenter et de réorienter les capacités de fabrication pour surmonter les pénuries mondiales. Nous pensons également qu’il faut trouver des solutions pour rendre les masques faciaux accessibles au grand public”.

Dr Derek Chu, co-auteur de l’étude et professeur assistant, Université McMaster

Cependant, les gens doivent être clairs sur le fait que le port d’un masque n’est pas une alternative à l’éloignement physique, à la protection des yeux ou aux mesures de base telles que l’hygiène des mains, mais qu’il peut ajouter une couche de protection supplémentaire”.

Les auteurs soulignent également l’importance d’utiliser des informations sur le degré d’acceptabilité, de faisabilité, d’intensité des ressources et d’égalité d’accès pour tous dans l’utilisation de ces interventions lors de l’élaboration des recommandations.

“Au cours de 24 études portant sur les trois virus et portant sur 50 566 personnes, la plupart des participants ont trouvé ces stratégies de protection personnelle acceptables, faisables et rassurantes, mais ont noté des inconvénients et des difficultés, notamment une gêne fréquente et une dégradation de la peau du visage, une difficulté accrue à communiquer clairement et une diminution perçue de l’empathie des soignants par les personnes dont ils s’occupent”, déclare le Dr Sally Yaacoub de l’Université américaine de Béruit au Liban.

A lire  Les scientifiques identifient trois phases distinctes de la maladie COVID-19

Selon la co-auteure Karla Solo de l’Université McMaster au Canada : “Bien que nos résultats fournissent des preuves de certitude modérée et faible, il s’agit de la première étude à synthétiser toutes les informations directes de COVID-19 et, par conséquent, à fournir les meilleures preuves actuellement disponibles pour éclairer l’utilisation optimale de ces interventions communes et simples”.

Malgré ces résultats importants, l’examen présente certaines limites, notamment le fait que peu d’études ont évalué l’effet des interventions dans des contextes autres que les soins de santé, et que la plupart des preuves proviennent d’études sur le SRAS et la MERS. Enfin, l’effet de la durée d’exposition sur le risque de transmission n’a pas été spécifiquement examiné.

Dans un commentaire lié, l’auteur principal, le professeur Raina MacIntyre (qui n’a pas participé à l’étude) de l’Institut Kirby de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud en Australie, décrit l’étude comme “une étape importante” et écrit : “Pour les travailleurs de la santé des services COVID 19, un respirateur devrait être la norme minimale de soins.

Cette étude de Chu et de ses collègues devrait entraîner une révision de toutes les directives qui recommandent un masque médical pour les travailleurs de la santé qui s’occupent des patients COVID 19. Bien que les masques médicaux protègent, la santé et la sécurité au travail des travailleurs de la santé devraient être la priorité absolue et le principe de précaution devrait être appliqué”.

A lire  Le test principal du coronavirus produit au moins 20% de faux négatifs

Elle poursuit : “[Ils] signalent également que les respirateurs et les masques multicouches sont plus protecteurs que les masques à une seule couche. Cette constatation est essentielle pour informer la prolifération des modèles de masques en tissu faits maison, dont beaucoup sont monocouches.

Un masque en tissu bien conçu doit avoir un tissu résistant à l’eau, des couches multiples et un bon ajustement facial… L’utilisation universelle d’un masque facial pourrait permettre de lever en toute sécurité les restrictions dans les communautés cherchant à reprendre des activités normales et pourrait protéger les personnes dans les lieux publics bondés et au sein des foyers”.

Lise
Lise
Lise, passionnée de lecture, de sport extrême, de mode et beauté. Mais pas que, ici je publie des articles sur tous les sujets, du people à l'actu insolite en passante par la mode.

Laisser un commentaire

Les + lus

Windows 10 20H2 installera la nouvelle version du navigateur Edge

Microsoft a lentement déployé son nouveau navigateur Edge basé sur Chromium auprès des utilisateurs, et est maintenant prêt à achever la transition.

Huawei roi du smartphone, même sans Android

Huawei continue peut-être de subir les sanctions commerciales américaines, mais cela ne l'a pas empêché d'étendre sa part de marché mondiale des...

Prix PS5 : Sony affirme qu’elle se concentre sur la valeur et non sur le prix

L'une des plus grandes omissions de la récente révélation de Sony sur la PlayStation 5 a été de savoir ce que l'on...

GTA 6 sortira en 2022 ou 2023

Depuis l'annonce de GTA V pour la PlayStation 5 et la Xbox Series X la semaine dernière, les fans spéculent sur ce...

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour des raisons de performance, nous utilisons Cloudflare en tant que réseau CDN. Cela enregistre un cookie "__cfduid" pour appliquer les paramètres de sécurité par client. Ce cookie est strictement nécessaire pour les fonctionnalités de sécurité de Cloudflare et ne peut pas être désactivé.
  • __cfduid

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services
error: